Mi,ch’sus Joseph ch’colporteux... mise en scène d´un personnage par Pascal Bavencove !

Publié le par L´homme à la culotte rouge / Polar historique

Mi,ch’sus Joseph ch’colporteux... mise en scène d´un personnage ( parlant le picard

par Pascal Bavencove !

 

colporteur.jpgMi,ch’sus Joseph ch’colporteux, N’croyez pon qu’sus ch’ti qui jue des canchons a tout v’nant su’l bord d’chés quemins ou dins chés tavernes.Ch’ti lal,i n’vot pon grindmint,mais sûr qu’i fait guincher  tertous dins chés camps et dins chés majons.Y’a toudis ses yus qui visen’t par tierre!

 Té m’connos p’téte pon...J’sus d’’Estaires, dins ch’pays d’ la loeue .Nin lon d’par nouzotes, ch’est des Flamints.

J’vinds des coutiaux,d’zaffutiaux,delle toèle pou ches fémmes s’accouffler des juets d’bos pou chés éfints,toutes coches pon grindmint catholiques.

Mes oches,y m’portent dins chés villaches édus qu’j’ sus toudis attindu.

 Aveuque ch’eulle guerre,mes gins,faut toudis s’mucher dins chés bos et s’ajouquer dins chés hayures pour pon s’faire buquer par tous chés trainards,chés agozils qui ceurten’t d’sus chés quémins.

Adon,j’vas querre ed’quo querquer m’tiote carette qu’alle est tirée par min kien Vizir. Ch’t’un noer bétal .A ch’t’heure,i cache aprés des liéfs dins ch’bos d’ ichi.

Faut dire qu’os sommes d’sus qch’quemin qui va a Roc-roy.

J’devros pon vous l’dire,j’ai dins ch’carette un moné d’oegnons d’ tulipes Et qu’cha vaut fort ker.A m’mote,faut pon les esquinter...i sont muchés dins l’fin fond d’euch’ carrette.J’vas du côté de ch’Lorainne. Ch’est pour dégotter d’zaffutiaux à chés bohémiens.I viennen’t d’chés pays bin lon,la d’ou qu’és gins y sont passés par chés farniétes. In indrot nommé Prague.

Chés bohémiennes,ch’est des chorchelles arnéqués aveuque des grindes ropes.I font un sacré tapache,a dinser aveuque des drôles d’ manicraques .

Ch’sus ichi a ch’Gué d’Hossus,quéques baraques d’sus un rucheau.J’vins d’archiner eune bonne tartine et j’vas bin treuver un ballot d’palle dins eune cinse pou passer l’nut. A m’mote qu’chest mius qu’dins ch’eulle ville ed Roc-Roy.L’guerre,alle est dins tous chés pays,faut toudis débuquer...In vit tertous comme des misérapes pou un gagnache d’quéques doupes.

In pus,j’cache aprés min homme qui jue d’sin bastrinque,ch’ti qu’as des culottes rouches.

J’l’avos vu a Hazebroeck,dins l’Westhoeck,l’an passé.I arvenot d’Bergues,in haut,dins chés marécaches.I partot dins sin coin,Lunéville,qu’i m’dijos.

.Ch’est li qu’i m’avot dit treuver dz’ oegnons d’tulipes dins ch’coin-j’vos dirais pon adus.

A ch’heure,j’armonte eune voyette...O comprenez p’téte pon cha qu’e j’vous conte!chés gins d’ichi ,ch’est pon des picards ,i parlten’t pus l’ Picart...Adon,j’as ichi faire min conte in Frinçoes!

- - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - -- - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - -- - - - -  

Je suis Joseph le colporteur. Ce n’est pas moi celui, qui joue au bord des chemins ou dans les auberges. Celui-là n’y voit pas bien, pourtant il fait danser les gens au champ comme a la maison avec les yeux fixant la terre.

Ah! Tu ne me connais pas encore. Je suis originaire d’Estaires, dans le pays de l’Alloeu, non loin de celui des Flamands. Je vends couteaux, fanfreluches, tissus pour habiller les femmes, aussi des jouets en bois pour les enfants, enfin toutes choses pas très catholiques...Mes os me portent dans les villages ou je suis bien souvent attendu.

Avec  cette  guerre, mes amis, mieux vaut se cacher dans les bois pour ne pas se faire attaquer par les truands et coursiers, de par les chemins.

Pour l’heure, je pars chercher de quoi remplir ma charrette, tirée par mon chien Vizir, Une bête noire qui course quelque lièvre dans le bois d'à côté .Il faut vous dire que nous arrivons en vue de Rocroi.

Je ne devrais pas vous le dire, mais j’ai, caché dans ma charrette quelques oignons de tulipe. De ce que j’en sais, ils valent bien cher, il faut bien les préserver. Je suis sur le chemin de la Lorraine surtout pour trouver des rubans auprès de bohémiens? Ceux-là viennent de bien loin, dans un pays ou l’on jette des gens par les fenêtres dans une ville nommée Prague.Les bohémiennes sont des sorcières attifées de longues robes qui font grand tapage à danser avec des instruments bizarres.

Je suis maintenant arrivé au Gué d’Hossus, sur un ruisseau. Après avoir mangé une bonne tartine, je trouverais bien une botte de paille pour passer la nuit. Il vaut mieux cela que de me retrouver à Rocroi: La guerre est partout dans nos pays. Il faut toujours décamper...Nous vivons comme des misérables pour gagner quelques écus.

Et puis, je voudrais retrouver cet homme à la culotte rouge avec son instrument. Je l’avais rencontré à Hazebroeck, dans le Westhoeck, l’an dernier. Il revenait de Bergues, là-haut dans les marécages et se rendait à Lunéville. C’est lui qui m’avait dit le lieu où trouver des oignons de tulipe, je ne vous dirais pas où.

Maintenant, je remonte un sentier Est-ce que vous me comprenez bien? Les gens d’ici ne sont pas des Picards, alors je vais maintenant vous raconter mon histoire en Français.

______________________________________________________________________________

NB- Plusieurs écritures(en fonction des terroirs) se rencontrent dans le  dialecte Picard.Ici, ils se mélangent allégrement.
LA SUITE DE CE FRAGMENT (l’homme à la culotte rouge entre en scène) sera écrite par Pierre Outteryck.

Commenter cet article

Eryndel Lùvalan 13/11/2011 20:27


Le dialecte picard n'est pas évident à déchiffrer de prime abord, mais on s'y habitue. Associé à certains détails tels que la mention du prix de la tulipe, il pose d'emblée le contexte historique
dans lequel s'inscrit ce récit. Qui plus est, il confère un certain charme au récit de ce colporteur... Je ne cache pas que j'attends la suite avec une vive impatience.